logo-turismos-jordania

Jerash

Que voir à Jerash (Jordanie) et d’autres informations utiles sur ce lieu

Dès leur arrivée, le visiteur peut voir que presque tout à Jerash tourne autour de son passé : les vestiges romains encore debout sont considérés comme les mieux conservés du pays et même du Moyen-Orient et de tout le territoire qui composait l’Empire romain.

Ce n’est pas pour rien que cette ville, connue sous le nom de Gerasa dans l’Antiquité, est souvent surnommée la « Pompéi de l’Orient » ou la « Pompéi de la Jordanie ». JerashDe plus, il a su exploiter son potentiel en enrichissant la visite d’éléments d’interprétation du patrimoine, comme un musée archéologique, et d’activités liées à cette période glorieuse. Sur cette page, nous vous disons Que voir à Jerash et nous vous donnons d’autres informations d’intérêt qui pourraient vous être utiles pour votre visite.

Table des matières

Où se trouve-t-il et quel est le climat de Jerash ?

Jerash, capitale du gouvernorat du même nom, est située dans le nord de la Jordanie, à environ 50 km d’Amman et à environ 40 km d’Irbid, l’autre grande ville de la région et la deuxième plus peuplée du pays. La frontière syrienne est également à 40 km par la route, tandis que le poste-frontière le plus proche avec Israël est à 75 km.

Son climat, comme le reste du nord de la Jordanie, est un peu plus doux que dans le reste du pays, avec des terres plus fertiles et des espaces verts dans les environs, en grande partie en raison d’un niveau de précipitations plus élevé. En fait, son climat est classé comme typiquement méditerranéen. Ce n’est donc pas une coïncidence s’il s’agit de la région la plus densément peuplée de Jordanie. Les températures moyennes les plus élevées sont d’environ 31 °C en juillet et août, et ne descendent pas en dessous de 4 °C en hiver.

Carte de localisation Jerash

Un peu d’histoire

Pour mieux comprendre ce qu’il faut voir à Jerash, il est essentiel de revoir sa riche histoire, car elle nous a laissé des vestiges abondants et spectaculaires, pour le plaisir de tout voyageur. On sait que déjà à l’époque néolithique, en particulier à l’âge des métaux (IVe millénaire av. J.-C.-IIe millénaire av. J.-C.), ce territoire était déjà habité, ce qui n’est pas surprenant si l’on considère que le Proche-Orient était l’épicentre de ces civilisations.

Après avoir interprété certaines inscriptions découvertes sur le sol, on pense que Jerash a été établie comme une ville à l’époque d’Alexandre le Grand, vers 331 av. J.-C., époque à laquelle le grand empereur hellénistique était dans la région, en route vers la Mésopotamie après son passage en Égypte.

Ce qui est clair, c’est qu’au premier siècle av. J.-C., Gerasa (comme on l’appelait dans l’Antiquité) existait déjà, puisqu’elle a été conquise par Pompée (64 av. J.-C.), soldat et homme fort de la Rome républicaine.

Peu de temps après, elle fait partie de ce que l’on appellera la Décapole : une sorte de réseau de cités-États (probablement plus de 10) qui marquaient les confins de l’Empire romain à l’Est, jouissant d’une autonomie importante (frappe de monnaies) mais profondément romanisées, adoptant son urbanisme traditionnel et le culte de l’empereur. D’autres villes de la Décapole romaine dans l’actuelle Jordanie étaient Philadelphie (
Amman
) et Gadara (Umm Qais).
Jerash ou Gerasa a prospéré grâce à sa riche agriculture et à l’extraction du fer, établissant des relations commerciales avec ses environs, par exemple avec les Nabatéens de Pétra.

À partir de 106 après J.-C., elle entra dans une nouvelle phase : elle fut agrandie et réformée à l’époque de l’empereur Trajan et, surtout, d’Hadrien, qui la visita personnellement. C’est précisément la raison pour laquelle l’Arc d’Hadrien a été érigé, avec lequel la ville a accueilli triomphalement l’empereur. Au début du IIIe siècle, Gerasa a atteint son apogée et aurait compté 20 000 habitants.

Dès les Ve et VIe siècles, après la chute de l’Empire romain d’Occident, la ville a continué sous la domination de ses successeurs byzantins, qui ont érigé des temples religieux, comme les visiteurs peuvent le voir à Jerash Aujourd’hui. De plus, dans l’un d’eux, il y a des traces d’inscriptions hébraïques, ce qui suggère l’existence d’une petite communauté juive à l’époque.

Au début du VIIe siècle, elle connut une conquête perse de courte durée, mais surtout à partir de 640 environ, Gerasa passa sous domination musulmane : le califat omeyyade, avec sa capitale Damas, ce qui conduisit à une nouvelle période d’épanouissement économique, comme en témoigne sa remarquable production locale de céramique.

Celle-ci a été interrompue par un tremblement de terre dévastateur au VIIIe siècle, qui a plongé la ville dans un profond déclin. Au XIIe siècle, les Croisés établissent Jerash une garnison, réaffectant des structures à des fins militaires, comme le temple d’Artémis. Elle fut de courte durée, car peu de temps après, la domination musulmane fut restaurée, avec successivement les Ayyoubides, les Mamelouks et les Ottomans.

Un certain réveil a connu Jerash à la fin du XIXe siècle avec l’arrivée massive de la population circassienne, déplacée de Russie. Une ville moderne parallèle a commencé à se développer, à côté des ruines romaines. Depuis lors, la prise de conscience de la grande valeur du lieu s’est accrue, de nombreux projets archéologiques ont été initiés et, à la fin du XXe siècle, il a été intégré dans les grands circuits touristiques.

Que voir à Jerash ?

Que voir à Jerash ?

Comme vous pouvez l’imaginer, la plupart des monuments à voir à Jerash Ils sont liés à son passé romain, concentré dans un site archéologique très unitaire et compact, ce qui facilite grandement la visite. Voici les principaux centres d’intérêt de ce site archéologique :

  • L’Arc d’Hadrien : c’est la porte d’entrée spectaculaire qui accueille le visiteur… et qui a accueilli l’empereur Hadrien lors de sa toute nouvelle visite dans la ville de Gerasa, en 129. Il mesure environ 13 mètres de haut et est de style très élégant, comme c’était la coutume chez les Romains. De ce fait, c’est un bon point de départ pour la visite, avant même d’atteindre le centre d’accueil.
  • Hippodrome ou cirque romain : c’est un grand espace allongé où se déroulaient des événements sportifs et des courses de bigas et de chars. Il pourrait avoir une capacité d’environ 15 000 spectateurs
  • Temple d’Artémis : c’était le temple principal de l’ancienne Gerasa et donc un lieu incontournable de Jerash. Il était dédié à Artémis/Diane, déesse de la chasse et de la fertilité, et fille de Zeus/Saturne. Elle remonte au milieu du IIe siècle apr. J.-C. Son caractère spectaculaire réside non seulement dans le fait que 11 de ses 12 colonnes corinthiennes sont conservées, ainsi qu’une partie de ses voûtes, mais aussi dans le fait qu’il bénéficie d’un emplacement surélevé qui lui confère une mise en valeur. À partir de la fin du IVe siècle, alors que le christianisme était déjà la religion officielle, il a commencé à être démantelé pour construire des églises. Il a également été utilisé à des fins militaires par les Arabes et les croisés
  • Forum : place publique spectaculaire, centre de la vie sociale de la Gerasa romaine, elle a une forme ovale particulière qui la rend inhabituelle, avec cinquante colonnes ioniques encore debout. Il mesure environ 90 mètres de long et 80 mètres de large et date du premier siècle de notre ère
  • Théâtres : Gerasa n’avait pas qu’un seul théâtre, mais deux. Et cela témoigne de l’importance et de la vie culturelle vivante qu’il a développée. En tant que tels, les deux font partie de cette liste de choses Que voir à Jerash ?. Le plus grand est le théâtre sud, d’une capacité d’environ 5 000 spectateurs et a été construit à la fin du premier siècle de notre ère. Le théâtre nord, quant à lui, pouvait accueillir environ 2 000 personnes, a été construit à la fin du IIe siècle après J.-C. et était principalement utilisé pour les grands rassemblements politiques
  • Temples de Zeus : situés à une courte distance les uns des autres, le temple dit « supérieur » se dresse encore avec d’imposantes colonnes de 15 mètres, mais il a été démoli au VIIIe siècle avec le tremblement de terre dévastateur, comme on peut le comprendre par les blocs tombés au sol. Sous ce temple, il y a aussi une galerie voûtée et à colonnes. L’autre, également connue sous le nom de Naos de Zeus, a été construite au milieu du IIe siècle après JC et offre de belles vues sur le forum
  • Cardo et Decumanus : c’étaient les deux routes principales de Gerasa, comme c’était l’habitude dans l’urbanisme romain, se croisant au centre de la ville. Le Cardus Maximus mesurait environ 800 mètres de long, s’étendait de la porte nord au Forum et était entièrement à colonnes, bien que seules quelques-unes soient encore debout aujourd’hui (assemblées au XXe siècle). En ce qui concerne le Decumanus, il y en avait en fait plusieurs, le sud étant le plus important, où plusieurs églises se rassemblaient
  • Porte Nord : c’était l’accès monumental à la ville par le nord, pour ceux qui arrivaient de la ville romaine de Pella. Elle date du début du IIe siècle apr. J.-C.
  • Thermes : comme toute bonne ville romaine, les thermes ne manquaient pas. Il y en avait deux : les Occidentaux, à côté de la cathédrale, non loin du Cardus Maximus ; et les Orientaux, à l’extérieur de la ville fortifiée
  • Nymphée : située dans le Cardus Maximus, près de la cathédrale, c’était la fontaine ornementale la plus importante de Gerasa. Il est ainsi nommé parce qu’il est dédié aux Nymphes, et est daté de la fin du IIe siècle après J.-C. Il conserve une partie de sa façade monumentale, avec des colonnes et un bassin d’eau. Il devait également y avoir un dôme qui couronnait le complexe
  • Cathédrale : on y accède par des escaliers, depuis le Cardus Maximus. Il date de la fin du 4ème siècle et était le temple principal également à l’époque byzantine
  • Églises : après que le christianisme soit devenu la religion d’État à l’époque de Constantin (début du IVe siècle av. J.-C.), les églises ont proliféré à Gerasa, beaucoup d’entre elles sur des temples païens ou en réutilisant leurs matériaux. La plus intéressante est peut-être celle de Saint-Côme et Saint-Damien (VIe siècle), en raison des mosaïques qui sont encore conservées, bien que d’autres aient été déplacées au Musée des traditions populaires d’Amman. Autres églises intéressantes Ce qu’il faut voir à Jerash, c’est Saint-Georges et Saint-Jean-Baptiste
  • Vestiges musulmans : bien que peu nombreux, certains vestiges peuvent être datés de la période musulmane, à partir du milieu du VIIe siècle. En particulier, une mosquée à la fin du Decumanus sud et quelques maisons de l’époque omeyyade

En plus de tous ces monuments à voir à Jerash, à l’intérieur de l’enceinte visitable, il y a un petit musée, où sont exposées des pièces récupérées sur le site archéologique. Ici, vous pouvez voir des statues, des mosaïques, des céramiques et une large collection d’objets, tous identifiés avec leur époque et d’autres détails de leur contexte.

Jerash : choses à faire

Jerash : choses à faire

Sans surprise, sur un site archéologique aussi vaste et bien préservé, vous aurez beaucoup à voir à Jerash. Mais si vous souhaitez ajouter d’autres activités à votre visite, vous avez quelques options à portée de main. Une mention spéciale doit être faite aux chars Jerash : démonstrations sur l’hippodrome, avec de vrais chevaux et chars, sous forme de courses de biga, de combats de gladiateurs et d’autres spectacles typiques de l’ancienne civilisation romaine. Ils sont généralement un classique lors des mariages, mais ils peuvent également être loués ou organisés à d’autres fins privées.

En termes de loisirs et de culture, le grand événement annuel est le Festival des arts et de la culture de Jerash , qui se tient en juillet ou août depuis 1981 dans l’un des théâtres du site archéologique. Il comprend des représentations théâtrales, des concerts et d’autres expressions culturelles, pour un public composé en grande partie de touristes. La plupart d’entre eux arrivent d’Amman, pour laquelle des bus sont affrétés avec des horaires spéciaux mieux adaptés au programme.

Au-delà, les offres de loisirs, surtout la nuit, sont limitées. Dans la ville moderne, vous pouvez trouver des restaurants relativement simples et une offre commerciale modeste, car vous devez tenir compte du fait que la ville elle-même n’est pas très grande : environ 50 000 habitants.

Une dernière proposition qui peut être citée est à environ 15 km au sud de Jerash: le Jardin botanique royal de Jordanie, à Tal al Rumman, récemment créé. Il est situé dans les environs du barrage du roi Talal et son objectif principal est de préserver et de recréer la flore typique de la Jordanie, non seulement de cette région mais aussi d’autres : pour cette raison, des zones de pins, de genévriers, de chênes à feuilles caduques, de pistachiers et d’autres espèces ont été plantées. De plus, il dispose d’un herbier pour cataloguer la grande variété d’herbes du pays.

Comment se rendre à Jerash

Le moyen le plus courant est de se rendre à Jerash comme une excursion au départ d’Amman, en y consacrant une demi-journée ou une journée complète. Cependant, les passionnés de culture romaine peuvent passer plus d’une journée à étudier et à découvrir le parc archéologique, ce qui les obligera à passer la nuit dans l’un des rares hôtels de la ville.

Dans les deux cas, l’option la plus confortable est le véhicule, qu’il s’agisse d’un taxi, d’une voiture de location ou d’un véhicule privé avec chauffeur. La distance depuis Amman est de 40 km et la durée du trajet est généralement d’environ 45 minutes. D’autre part, si vous souhaitez vous rendre ici depuis d’autres points plus éloignés de la Jordanie, voici un tableau indicatif des distances et des durées :

  • Amman : 40 km, 45 minutes
  • Ajloun : 20 km. 30 minutes
  • Irbid : 50 km, 45 minutes
  • Mer Morte : 90 km, 1 heure et demie
  • Petra : 275 km, 3 heures et 45 minutes
  • Wadi Rum : 360 km, 4 1/2 heures
  • Aqaba : 360 km, 4 heures et 45 minutes

Une alternative possible est le bus, car la compagnie principale JETT a un itinéraire direct depuis Amman, sur un service touristique qui atteint Jerash aussi jusqu’à Ajloun. Cependant, les départs ne sont pas quotidiens, il est donc conseillé de se renseigner avant cette possibilité. Dans tous les cas, la gare routière est située au pied du parc archéologique. D’Ajloun et d’Irbid, il y a aussi des minibus pour Jerash, bien qu’avec des horaires irréguliers.

Autres informations utiles

Le parc archéologique de Jerash Il dispose de son propre centre d’accueil, où l’on vend des billets pour accéder au site. Il sert également de bureau d’information touristique, avec des brochures et des cartes.

Dans le centre de Jerash Vous trouverez des pharmacies et juste à côté du parc archéologique se trouve l’hôpital de la ville. À l’entrée et dans les environs du site visitable, vous trouverez la police, qui offre un service et une aide aux visiteurs étrangers.

Préparez votre voyage pour Jerash

Disfruta de experiencias
Disfruta de experiencias
Cambia tu moneda (únicamente España)
Cambia tu moneda (únicamente España)
Vuelos muy baratos
Vuelos muy baratos
Alquila tu coche
Alquila tu coche
Contrata Wifi o teléfono
Contrata Wifi o teléfono
Quieres una tarjeta
¿Quieres una tarjeta ¡La tenemos!

Autres destinations

×

¡Hola!

Contacta con alguno de nuestros asesores de viajes para recibir atención comercial.

×