logo-turismos-jordania

Wadi Rum

Wadi Rum : que voir, que faire et autres informations pratiques

Avec Petra, le Wadi Rum c’est probablement la destination la plus magnétique de Jordanie, celle qui attire le plus de touristes chaque année. Et ce n’est pas étonnant : c’est un morceau de désert qui offre tout ce à quoi un voyageur peut s’attendre : des dunes de sable doré, des formations rocheuses d’une beauté spectaculaire, des services pour les activités d’aventure, et bien plus encore. Sur cette page, nous vous en dirons plus que voir dans le Wadi Rum, quelle est son histoire, comment s’y rendre et, surtout : que faire dans le Wadi Rum pour vivre une expérience inoubliable.

Table des matières

Où se trouve le Wadi Rum et quel est son climat ?

Wadi Rum est une réserve naturelle protégée située dans le sud de la Jordanie, sur le territoire du gouvernorat d’Aqaba. En fait, c’est la ville la plus importante de ses environs, à environ 60 km de ce qui est considéré comme sa « porte d’entrée » : Shakaria. Cependant, son point focal est considéré comme le village de Wadi Rum, souvent orthographié Wadi Rum Village, à environ 70 km d’Aqaba et là où se termine la route goudronnée. Environ 7 km avant d’atteindre cette ville se trouve le centre d’accueil, un incontournable, où les billets sont également pris.

Il a une superficie d’environ 720 km2 (72 000 hectares), son espace est donc vraiment grand et insondable à pied. La traduction de son nom en araméen est « haute vallée » ou « haute vallée », ce qui nous aide à comprendre l’une de ses caractéristiques géographiques : sa haute altitude, à environ 1 600 mètres d’altitude. Son point culminant est Jbel Umm ad Dami, à plus de 1 850 mètres d’altitude.

Ceci, ajouté à sa latitude, à son régime pluviométrique très faible et à d’autres facteurs conditionnants tels que son grand ensoleillement, nous laisse avec un climat désertique typique : des températures vraiment caniculaires pendant la journée pendant les mois chauds, pour chuter brusquement la nuit, devenant absolument glaciales en hiver. Par conséquent, en été, il est essentiel d’avoir une protection adéquate contre le soleil et la chaleur (eau, crème solaire, lunettes de soleil, etc.) et en hiver, il est essentiel d’avoir des vêtements thermiques et de la chaleur, y compris des gants et un chapeau.

Cependant, il y a une particularité qui mérite d’être soulignée : l’existence de Les QIS Ou les canyons rocheux créent des zones d’ombre, dans certains cas tout au long de la journée, fonctionnant comme d’authentiques îlots microclimatiques dans lesquels se reposer de la chaleur et profiter de la vue, car ils permettent l’émergence d’une flore presque miraculeuse d’arbustes et d’arbres qui semblent pousser directement à partir de la roche.

Carte du désert du Wadi Rum

Un peu d’histoire

Bien qu’aujourd’hui, il semble être un endroit vraiment hostile pour la vie, où seul le courage du peuple bédouin les fait survivre, le Wadi Rum C’était en fait un endroit beaucoup plus convivial d’un point de vue environnemental et climatique. Et la preuve en est la riche histoire qu’il a derrière lui.

Il y a des millénaires, c’était une région riche en sources et en puits, et en fait les Grecs et les Romains parlaient de ses forêts de pins, de vignes et d’oliviers, aujourd’hui disparus mais qui permettent au visiteur de se faire une idée de la différence du paysage ici.

Mais le meilleur signe, jamais mieux dit, des civilisations qui ont vécu ici ou qui ont défilé sont leurs pétroglyphes (dessins gravés sur la pierre) et leurs inscriptions sur la roche. On estime qu’il y en a 30 000, dont certains sont les plus fascinants. Les premières tribus à le faire sont probablement venues d’Arabie, connues sous le nom de Zamudites, qui ont fait des inscriptions en langue zamoudique, et les Nabatéens ont pris le relais : ce peuple, qui avait sa « capitale » à Pétra, y a laissé des témoignages de son culte de divinités telles que Dushara et Allat.

Il existe également de nombreux tumulus dans le Wadi Rum, ce qui indique qu’il ne s’agissait pas simplement d’un lieu de passage, mais qu’il y avait des établissements permanents et stables. De plus, l’importance de la chasse dans cette réserve naturelle a été démontrée, ainsi que l’extraction de minéraux à l’époque du roi Salomon, par exemple.

Au fil des siècles et de l’aggravation de son climat extrême, cet endroit est passé sous la gestion des tribus bédouines, les seules à s’être avérées capables de survivre dans un environnement aussi rude. Ils l’ont toujours fait avec leur mode de vie nomade, bien qu’aujourd’hui ils aient opté pour un mode de vie plus stable et sédentaire, comme en témoigne l’établissement de certaines familles dans le village de Wadi Rum.

Lawrence d’Arabie et la révolte arabe

Mais sans aucun doute, le Wadi Rum il est si célèbre aujourd’hui grâce à la « promo » de l’un des films les plus réussis d’Hollywood : Lawrence d’Arabie. Le film raconte la participation de Thomas Edward Lawrence à la rébellion arabe de 1917, une figure clé de cet épisode historique pour la Jordanie, bien qu’il ait pu être exalté de manière disproportionnée pour profiter de son attrait médiatique et touristique.

Quoi qu’il en soit, cet archéologue, écrivain et soldat britannique a rapidement rejoint la cause promue par le roi Hussein ben Ali, dont la grande aspiration était de créer un État arabe indépendant de l’Empire ottoman. Il a combattu dans les armées de l’émir Fayçal et s’est senti comme l’un des plus (et habillé comme tel) de cette épopée qui est considérée comme le germe de l’État arabe ultérieur de Jordanie.

Sa grande contribution a été, en fait, le livre
Les Sept Piliers de la Sagesse
Bien qu’il s’agisse d’une autobiographie, elle a servi à faire connaître en Occident les tenants et aboutissants de la révolte arabe. Et dans certains passages des lieux de travail de Wadi Rum, qui ont contribué à lier à jamais le nom de Thomas Edward Lawrence à cette réserve naturelle.

Que voir dans le Wadi Rum ?

Que voir dans le Wadi Rum ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il y a beaucoup à voir dans le Wadi Rum. Bien qu’il s’agisse d’un désert, la riche histoire de ce lieu signifie qu’il y a aussi des endroits qui valent la peine d’être visités d’un point de vue archéologique, artistique et ethnologique. Sans surprise, cet endroit a été déclaré site du patrimoine mondial par l’UNESCO en 2011.

La plupart des choses à faire dans le Wadi Rum Ils sont naturels, en particulier géologiques, tels que des formations fantaisistes dans le granit et le grès. Mais il y a aussi des « œuvres » créées par l’homme qui valent la peine qu’on s’y attarde. Nous les regroupons en fonction de leur thème :

  • Les ponts rocheux : ils sont l’une des cartes postales les plus récurrentes, ils ne peuvent donc pas manquer dans cette liste de choses à voir dans le Wadi Rum. Ils ont été créés par l’érosion éolienne différentielle, qui agit différemment sur le granit et le grès. Les plus célèbres sont le Little Rock, l’Umm Fruth et, surtout, le pont de Burdah, car son « arche » se trouve à environ 80 mètres au-dessus du sol

  • Siqs
    ou canons : comme nous l’avons dit, le Wadi Rum possède une grande variété de
    siqs
    et les canyons rocheux, qui peuvent être explorés à pied ou à dos de chameau de manière agréable grâce à leur ombre et à leur plus grande sensation de fraîcheur en été. Voici les plus importants :

    • Canyon de Khazali : Il s’agit d’une fissure qui s’enfonce dans le Jbel Khazali. Il a une longueur d’environ 150 mètres, avec une grande richesse de pétroglyphes (autruches, une femme en travail, etc.)
    • Canyon de Makharas : Entrez dans les Sept Piliers de la Sagesse
    • Barrah Canyon : l’un des plus longs, car il mesure environ 5 km de long
    • Canyon de Khazareh : Entre dans Jbel Umm Al Ishirn
    • Canyon de Rakhabat, à l’intérieur de la même montagne (Jbel Umm Al Ishirn)
    • Canyon d’Umm Tawaqi : célèbre, entre autres, pour les récents portraits gravés dans la roche de Lawrence d’Arabie et d’autres personnages de la révolte arabe
  • Dunes : quand on pense au désert, surtout dans un désert aussi emblématique que le Wadi Rum, il visualise souvent dans son esprit de grandes étendues de dunes, c’est-à-dire des « mers » de sable fin et doré qui prennent la forme de collines ou de monticules selon les caprices du vent. Dans Wadi Rum, pour être honnête, ce n’est pas le paysage le plus courant, mais il n’en manque pas non plus. Il convient de noter en particulier ceux créés sur le Jbel Ulaydiyya, qui a une couleur rougeâtre. Il forme une pente naturelle que l’on peut gravir à pied
  • Sites archéologiques et pétroglyphes : ce sont des témoignages du passage et de l’installation d’hommes de différentes époques dans le Wadi Rum. Ils sont souvent concentrés dans les parties les plus « amicales » de la réserve, comme ses canyons, mais il y a aussi d’autres signes de vie humaine ancestrale ailleurs. Il s’agit notamment de :
    • Pétroglyphes de Jbel Umm Al Ishrin, sur le côté ouest. Ils représentent des animaux, mais il y a aussi l’écriture coufique
    • Pétroglyphes d’Alameleh : Ce sont parmi les plus frappants et les mieux conservés, avec des scènes de chasse, des caravanes de chameaux et des inscriptions nabatéennes
    • Temple nabatéen : Il est situé sur une colline à proximité du village de Wadi Rum. On pense qu’il a peut-être été construit dans les premiers siècles avant J.-C.-I après J.-C., et qu’il aurait été dédié à la déesse Allat. Cela peut sembler n’être qu’un site archéologique de plus, où il faut avoir une certaine imagination pour comprendre de quoi il s’agissait, mais son importance réside dans le fait qu’il prouve l’existence d’une colonie nabatéenne permanente
    • La maison de Laurent : bien qu’elle ait été théoriquement habitée par Lawrence, il reste peu de choses du bâtiment, qui à son tour a été construit sur les ruines d’une construction nabatéenne antérieure
  • Musées et lieux à visiter : il n’y a rien de plus à voir que le Wadi Rum C’est un endroit qui n’a pas été beaucoup modifié par l’homme, où les constructions modernes sont pratiquement témoignages, très petites. Cependant, il y a quelques petits espaces pour interpréter l’environnement, qui valent la peine d’être visités. Surtout:
    • Musée du centre d’accueil des visiteurs : Cet espace d’accueil des visiteurs comprend un petit musée qui raconte l’histoire humaine et environnementale du Wadi Rum, avec des panneaux d’information et une vidéo explicative dans une salle de projection
    • Locomotives de gare : Le temps semble s’être arrêté sur ces rails, qui faisaient partie de la seule ligne du chemin de fer du Hijaz, un projet ottoman du début du XXe siècle. Les locomotives et les wagons qui reposent ici ont été restaurés uniquement pour être exposés aux visiteurs, qui peuvent y entrer et prendre des photos d’époque
  • Montagnes et points de vue : Dispersées dans toute la réserve se trouvent des montagnes spectaculaires qui dominent la plaine. Grimper à ses sommets ou à des points stratégiques à mi-pente a une récompense : une vue panoramique sur les environs. Souligner:
    • Seven Pillars of Wisdom : probablement la montagne la plus emblématique de la réserve, car sa proximité avec le centre d’accueil la rend visible pour tout le monde. De plus, sa forme unique, dans ce qui ressemble à un soufflet d’accordéon à sept voix, lui a valu le nom de Seven Pillars of Wisdom, en l’honneur du livre écrit par T.E. Lawrence, clé pour faire connaître cet endroit en Occident
    • Jbel Rum : s’élève à plus de 1 750 mètres au-dessus du niveau de la mer et reçoit ce nom car il s’élève au-dessus de la population principale de la réserve. Il est très populaire auprès des grimpeurs
    • Jbel Umm Al Ishrin : Très proche des Sept Piliers de la Sagesse, il attire l’attention parce qu’il semble avoir 20 dômes ou dômes de roche
    • Jbel Qatar : Sur ses pentes se trouvent quelques-uns des meilleurs points de vue pour voir le Wadi Rum, surtout au coucher du soleil
  • Fontaines et sources : trouver de l’eau dans un endroit aussi aride produit toujours un sentiment particulier. À deux endroits de la réserve, vous pouvez ressentir cette émotion :
    • Ain Shalaaleh ou le belvédère de Lawrence, nommé d’après une description évocatrice de l’archéologue et officier militaire britannique
    • Ain Abu Aineh : est une source naturelle canalisée qui est utilisée depuis des milliers d’années, et qui donne encore de l’eau aux chameaux et autres animaux des Bédouins aujourd’hui
Wadi Rum : choses à faire

Wadi Rum : choses à faire

Comme vous pouvez l’imaginer, il n’y a pas que beaucoup de choses à voir dans le Wadi Rum : il y a aussi beaucoup de choses ce qu’il faut faire. Wadi Rum C’est un espace avec une extraordinaire variété d’expériences pour que vous vous sentiez en harmonie avec cet espace écrasant mais confortable en même temps.

Certaines propositions nécessitent une forme physique particulière, car ce sont des sports d’aventure, mais dans d’autres cas, elles conviennent à tous les types de voyageurs. Voici une liste de propositions Que faire dans le Wadi Rum, très populaire auprès de ses visiteurs.

  • Excursions en 4×4 et en véhicules à moteur : c’est le moyen le plus rapide de se rendre d’un endroit à un autre de la réserve. Mais en même temps, c’est une expérience en soi, surtout s’il s’agit de véhicules associés à l’adrénaline de la vitesse et du tout-terrain, comme les quads
  • Randonnée à dos de chameau : ce n’est pas exactement un moyen de transport rapide, mais c’est le plus traditionnel de tous, car il a été (et est toujours) utilisé par les Bédouins depuis des temps immémoriaux. C’est une bonne option pour se déplacer dans la réserve sans fatigue, bien qu’un parcours de plus de 4 heures puisse être quelque peu inconfortable
  • L’équitation : une autre option pour se déplacer dans le Wadi Rum de manière durable et traditionnelle. Cependant, une certaine expérience de l’équitation est requise
  • Sentiers de randonnée : bien qu’il s’agisse probablement de l’option la plus lente et la plus fatigante, c’est le meilleur moyen d’atteindre les coins les plus reculés du Wadi Rum. Cependant, il est conseillé d’être bien équipé et prévoyant, surtout lors des journées très chaudes. Il est également conseillé d’avoir un guide pour aider à l’orientation, au calcul des temps et des lieux Wadi Rum : choses à faire
  • Escalade : Les parois verticales presque parfaites sont un défi (et un rêve) pour les grimpeurs qui ont beaucoup voyagé. Il est conseillé d’avoir des moniteurs experts qui indiquent les itinéraires à suivre. Vous pouvez également pratiquer une modalité moins technique : le brouillage, bien qu’il soit conseillé de ne pas sous-estimer le danger des ascensions
  • Montgolfières : Wadi Rum c’est l’un des rares endroits où vous pouvez faire un tour en montgolfière en Jordanie. Et d’ailleurs, c’est probablement le meilleur endroit pour le faire. Observer l’immensité du désert et les formations géologiques capricieuses est une activité difficile à oublier. Les trajets durent généralement 2 heures
  • Expériences de méditation : Il y a peu d’endroits dans le monde aussi inspirants qu’un désert. Et Wadi Rum Il rassemble le tout pour une expérience de méditation complète. Avec l’aide de moniteurs spécialisés dans les exercices spirituels, les participants absorbent l’énergie de l’environnement, où règnent le silence et l’immobilité nécessaires pour se retrouver
  • Camper dans des tentes bédouines : Partout ailleurs dans le monde, passer la nuit est simplement une procédure physiologique nécessaire pour se reposer. Mais en Wadi Rum C’est une attraction de plus du voyage, car elle permet au voyageur de se sentir comme un autre Bédouin. L’expérience est d’autant plus enrichissante que l’on pratique également des activités traditionnelles bédouines : thé et plats typiques du désert, spectacles de musique, etc.
  • Observation des étoiles : Grâce à une pollution lumineuse pratiquement nulle et à un ciel presque toujours dégagé de nuages, l’observation des étoiles est l’une des meilleures choses à faire dans le Wadi Rum
Comment se rendre au Wadi Rum

Comment se rendre au Wadi Rum

Le tourisme a mis le Wadi Rum au premier plan, il est donc facile de s’y rendre en transport privé depuis d’autres régions du pays, malgré le très petit nombre d’habitants qui vivent dans et autour de cette région.

Pour ceux qui veulent se rendre au Wadi Rum le plus tôt possible Depuis un autre pays, le moyen le plus rapide est de prendre l’avion pour Aqaba : cette ville jordanienne située sur les rives de la mer Rouge dispose de son propre aéroport international, principalement avec des vols charters et saisonniers, et est située à environ 75 km du village de Wadi Rum, qui se trouve à environ une heure de route. Aqaba, d’ailleurs, est également accessible en bateau : en catamarans privés depuis Taba et en ferry depuis Nuweiba, deux villes de la péninsule égyptienne du Sinaï.

L’aéroport international Queen Alia d’Amman offre beaucoup plus de liaisons aériennes, en particulier régulières, bien que sa distance par rapport à cette réserve naturelle soit beaucoup plus grande : près de 300 km, soit environ 3 heures et demie de route. Voici une liste de lieux, de distances et d’itinéraires pour vous guider si vous planifiez votre voyage par vous-même :

  • Aqaba : 70 km, 1 heure
  • Wadi Musa (Petra) : 115 km, 2 heures
  • Shobak : 150 km, 2 heures
  • Karak : 260 km, 3 heures et 15 minutes
  • Madaba : 300 km, 3 heures et 45 minutes
  • Mer Morte (Swemeh) : 340 km, 4 heures
  • Amman : 320 km, 4 heures
  • Jerash : 360 km, 4 1/2 heures
  • Châteaux du désert oriental : 400 km, 4 1/2 heures

En ce qui concerne les transports publics, la seule option viable est le bus : la compagnie JETT inclut le Wadi Rum dans son réseau de lignes, le reliant à Petra (Wadi Musa) et Aqaba. Au-delà, un voyageur indépendant n’a qu’à prendre un taxi depuis Aqaba.

Les minibus au départ d’Aqaba et en direction du nord le long
de la route du désert et de la route du roi n’atteignent
généralement pas le cœur de la réserve du Wadi Rum, mais s’arrêtent simplement au carrefour de Rashidiyah.

Comme nous l’avons déjà dit, il y a une gare dans le Wadi Rum, mais les trains qui y sont garés ne sont que des locomotives et des wagons-musées : ils ne transportent pas de voyageurs, ils ne se déplacent même pas pour transporter des marchandises.

Autres informations pratiques

Dans le Wadi Rum Il y a un centre d’accueil moderne et polyvalent : vous pouvez y acheter le billet pour accéder à la réserve naturelle, recevoir des informations, organiser des excursions, organiser un hébergement dans la réserve, engager des guides, manger dans son restaurant, acheter de l’artisanat local dans sa boutique ou visiter son musée, qui comprend un petit cinéma où un documentaire est projeté. Il dispose également de toilettes publiques.

Quelques kilomètres avant d’arriver à ce point, à Shakaria, vous trouverez le poste de police qui dessert la région. Pendant ce temps, la station-service la plus proche se trouve à l’extérieur du périmètre de la réserve naturelle, sur la route reliant Shakaria à Disah.

Préparez votre voyage pour le Wadi Rum

Disfruta de experiencias
Disfruta de experiencias
Cambia tu moneda (únicamente España)
Cambia tu moneda (únicamente España)
Vuelos muy baratos
Vuelos muy baratos
Alquila tu coche
Alquila tu coche
Contrata Wifi o teléfono
Contrata Wifi o teléfono
Quieres una tarjeta
¿Quieres una tarjeta ¡La tenemos!

Autres destinations

×

¡Hola!

Contacta con alguno de nuestros asesores de viajes para recibir atención comercial.

×